Maigrir pour vivre…

Phototastic-14_06_2016_1a8dd2ed-7445-4e9a-a247-0d60764f35bd(1).jpgSalut lecteur,

Il est grand temps pour moi d’assumer qui je suis et ce que je suis devenue….
Il y a 7 ans je rencontrais le plus merveilleux des hommes… A l’époque, j’avais de gros soucis de troubles alimentaires et j’étais boulimique… Je pesais 78 kilos et je me trouvais horrible, moche…
Pour lui plaire, parce que je ne voulais pas encore risquer de perdre un éventuel petit ami à  cause de mon poids, et aussi pour mon reflet dans le miroir, je me suis décidée à perdre enfin ce poids qui me pesait, me pesait tellement et dans tous les sens du terme.
J’ai donc engagé un régime, seule sans aide, sans livre, sans règles.
Et j’ai perdu! 10, 20, 30kg se sont enchaînés comme j’enchaînais auparavant les petits pains au chocolat et les croissants.
Mais j’ai trop perdu, et d’un trouble alimentaire je suis passée à l’autre.
Lorsque j’étais remontée à un poids correct il y a environ 3 ans je pesais 48 kg. Pour ma taille, c’était parfait… Pour moi, il y aurait eu encore deux, trois kilos à perdre.
Et puis je suis tombée malade. Enfin j’ai eu une hernie discale et j’ai été opérée, c’est pas vraiment une maladie mais il n’y a pas d’autres mots pour ça.
Je me suis battue avec la douleur, et avec la prise de poids.
De 10h de sport par semaine, je suis passée à zéro.
J’ai recommencé à prendre du poids même si je m’affamais, car sans le sport mon corps récupérait le maximum de nutriments et le transformait en graisse en prévision des jeûnes forcés que je lui imposais.
Et puis j’ai compris, j’ai arrêté de m’affamer. J’ai remangé normalement.

Vous savez, le pire dans l’addiction à la nourriture, dans la lutte contre les TA, c’est que la bouffe, c’est nécessaire à la survie. Alors jour après jour, on est confronté à son addiction. Un peu comme un cancer, on est jamais guéri réellement, simplement en rémission. Et généralement la rechute est terrible.
J’ai grossi un peu plus oui, mais le prix payé valait largement la sérénité que j’avais trouvé. Plus de crises, plus de pleurs, plus de miroir malfaisant.
Et puis je suis tombée enceinte. Hors de question de faire un régime.
Apres la naissance de mon fils, je m’y suis consacrée corps et âme. Ce cadeau qui m’a été offert est mon bien le plus précieux sur Terre.
Même s’il ne m’appartiendra jamais.
Quand je dis corps et âme je le pense sincèrement. Nathou était tellement demamandeur de câlins, il ne pouvait rester qu’avec moi, et à cause de son RGO ne dormait qu’avec moi.
J’ai passé trois mois à dormir assise, six mois dans ma chambre et cela nuit et jour, pour Nathanaël, douze mois uniquement à la maison, 18 mois a ne penser qu’à mon fils et pour mon fils.

Plus de maquillage, plus de jolies robes.

Une douche tous les trois jours voir une par semaine et c’est tout. Et en 5 mn pour ne pas que mon petit ange ne se mette à hurler de toutes ses forces se sentant abandonné…
Je ne regrette pas du tout ce temps avec mon bébé, car j’ai pu en profiter plus que je n’aurais cru et certainement plus que je ne le ferais avec aucun autre enfant. Ce temps ne reviendra jamais et je le chérirais toute ma vie. Dussé-je perdre la mémoire, je n’oublierais jamais ça.
Mais j’ai oublié mon couple, j’ai oublié l’homme de ma vie.
Et pire que tout je me suis oubliée.
J’ai oublié que j’étais une femme, que j’aimais plaire, que j’aimais ME plaire. J’ai oublié mes envies, mes plaisirs, j’ai oublié qui j’étais.
Je me suis annihilée totalement pour ce petit être.
Je n’avais plus d’envie. Je me suis persuadée que je n’étais plus rien, que je ne valais rien.
Plus le temps passait, plus je m’enfonçais dans une déprime. Plus je restais joyeuse pour Nathanaël, plus j’évitais mon regard dans le miroir.
Mais je n’ai pas pu éviter le regard des gens… Celui qui vous voit et qui pense “Le MacDo devrait être interdit, question de santé publique”. Celui qui vous dit: “quel beau bébé” et qui pense:” Que la mère est mal fagotée”.
Celui qui vous dit : “Oulala on voit que vous êtes bonne vivante”. Ou pire “Hein, tu n’as pas faim?? Ben ça se voit pas!”
J’ai ressorti les vieilles photos juste pour voir… Et là le choc.

Oui, j’ai grossi. Pour tout vous dire je me trouve immonde. Je pèse plus aujourd’hui que je n’ai jamais pesé de toute ma vie même enceinte. 82kg. 82 kg quoi!!!! Je suis à +34kg de mon poids idéal.
Cette photo a eu l’effet d’un électrochoc… Je viens ici pour exulter mon ressenti, mais je pense que j’aurais besoin de pleurer plus tard…
J’ai voulu faire un selfie hier avec Nathou en portage dos, et j’ai pas pu car quelque soit l’angle, j’ai un double menton énorme.
Je ne peux même plus me prendre en photo.
J’ai honte de moi. Et plus que tout j’ai honte de l’image que je renvoie à mon fils. Je suis malheureuse, je suis acariâtre depuis des mois, violente dans mes mots avec mon mari, je suis plus que dure avec moi-même, je me mets plus bas que terre et j’entraine tout le monde avec moi. Je refusais de voir la vérité en face mais la voila.
Il faut que cela change, il faut que cela cesse.
Je dois maigrir ou je me perdrais totalement et je finirais par perdre tout ce que j’aime et sui me permet de garder la tête hors de l’eau.
Je veux maigrir. Je dois maigrir.
C’est décidé, j’entame un régime.

Advertisements

Toutes ces belles choses que je ne peux pas t’offrir… (Ou le goût doux amer d’Instagram)

Salut lecteur!

Cela fait très longtemps que je ne suis pas venue. J’avais énormément de choses à te dire, à te montrer, des idées plein la tête, mais jamais de temps pour mettre tous ces projets sur le papier (enfin, sur le blog).

Je viens ici aujourd’hui parce qu’en fait j’ai besoin de parler. Mais pas à mon entourage qui n’y comprendrait rien. Je viens te voir toi, le papa, la maman, l’inconnu, qui doit certainement vivre les mêmes choses que moi… Ou pas (et dans ce cas là, laisse moi t’expliquer).

Je suis beaucoup plus active sur instagram que sur mon blog. Et je suis un nombre assez important de blogueuses mamans (et un papa il faut le noter!)

Sur tous ces blogs je vois des choses qui me donnent vraiment envie pour mon tout petit, des nouvelles marques, d’anciennes marques, des marques chères, de beaux produits…

Par exemple, récemment, j’ai vu de loin se faire la vente de Poudre Organic. Si tu ne connais pas, c’est une marque de vêtements en lange, notamment des blouses, déclinées en version enfant et adulte. Maintenant, il font des leggings et plein de nouvelles petites choses. Mais voila. Poudre Organic c’est cher. Alors bien sur c’est une petite marque, c’est sûr. Et c’est bio pour les blouses. Mais 35 euros la blouse enfant, ça fait quand même cher. 20euros le body aussi.

Je ne blâme pas Poudre Organic, je donne cet exemple parce que, la folie d’instagram fait que TOUT le monde veut ces blouses. A tel point qu’il y a quelques jours lors de la vente les gens (enfin les nanas) sont devenus fous! Ils ont pris d’assaut le site et ensuite se battaient parce que le site avait ramé.

Bon, comme je te dis, moi j’ai suivi tout ça de loin car je n’aurais jamais les moyens d’offrir ça à mon fils. C’est justement mon problème.

C’est à croire que la vie se résume au filtre Clarendon ou Gingham, à une poussette Bugaboo, des chaussettes Mini Dressing, des Beberlis pour chaussures, des teeppees (oui bon j’en construis un aussi mais ça évitera à Nathanaël de faire de sa chaise haute un château fort), une chaise haute Stokke, un berceau en rotin ou un berceau Stokke en fonction du genre de personne, des barboteuses et j’en passe.

Alors je ne suis pas jalouse, ni envieuse,ne vous méprenez pas. J’ai juste constamment l’impression, en allant sur Instagram, que ma vie est morne et triste, que je n’offre pas à mon fils ce que tant d’autres peuvent avoir. Que leur vie en filtre est tellement plus fun que la mienne, qu’elles n’ont pas d’enfant qui pleure, se réveille la nuit, se salit (non parce qu’ils sont TOUJOURS hyper propres quand même).
Bref, j’en ai parlé avec mon conjoint qui m’a bien sûr répété ce que je m’étais déjà dit toute seule: “Ce n’est pas leur vraie vie, ce sont de courts moments de leurs journées qu’elles transmettent et qui donnent l’impression qu’elles ont une vie de OUF”.
Oui mais moi, même ces petits moments je n’ai pas les moyens de les avoir. Et quand je les ais, ben, généralement je n’ai pas mon téléphone avec moi (oui parce que mes photos sont prises avec mon téléphone et pas avec un Nikon D810A dont je rêve mais je n’ai pas 3600 euros pour ça…).

Alors ce n’est la faute de personne. C’est juste que parfois j’aimerais lui offrir toutes ces choses matérielles qu’il n’aura pas. Et certaines fois je m’en veux de ne pas avoir encore terminé les cours, de ne pas avoir mon propre salaire… Je me dis que sur son cheval à bascule chiné 20euros, sur les jouets en bois achetés à Lidl ou chez Ikea, je ne lui offre pas ce qui se fait de mieux.
Niveau bouffe, produits d’hygiène et vêtements on fait de notre mieux dans notre budget très serré. Il mange bio au maximum, les produits d’hygiène sont bio, les couches sont écologiques / lavables, on lui achète des vêtements d’assez bonne qualité à “petit” prix, chez Cadet Rousselle ou chez Zara et Cyrillus pendant les soldes. Ou à l’étranger.

Je le répète je ne blâme pas les gens qui vivent ça, je suis heureuse pour eux. J’ai juste… de la peine disons, et l’impression d’être une mère en bois.

Et puis je me rends compte que je vis sous un carcan, et cela me déplaît.
Pourquoi est-ce que Stokke, Bugaboo, Poudre Organic, Frankey’s, Oeuf NYC, Moulin Roty, Bobo Choses… seraient mieux que n’importe quoi d’autre, que mes vêtements Cadet Rouselle ou que ma poussette graco, que mes jouets Ikea? Je ne sais pas.
Parce qu’elles sont portées (dans tous les sens du terme) par des blogueuses professionnelles (ou quasi) influentes qui sont pour la plupart payées ou rétribuées pour leur travail? Qui sont en gros de superbes community managers?
Parce qu’au fond de moi, je sais que, malgré mon côté rebelle il y a également un côté mouton de Panurge?
Parce que je n’aime pas être “pauvre”…? Parce que je voudrais offrir ce qui se fait de mieux à mon fils?
Mais est-ce que ce qui se fait de mieux c’est ce qui est le plus cher? Est-ce que tout ça je ne veux pas plutôt me l’offrir à moi à travers lui? Me prouver que je suis une bonne mère avec tous ces achats?

Désolée lecteur, je te fais suivre le cours de mes pensées, c’est un peu le capharnaüm là dedans, il faut l’avouer.
Ne m’en veux pas si toi tu as les moyens de t’offrir tout ça, tout ce que je te dis ce n’est pas contre toi, mais contre moi…

Bref voila c’était mon état d’esprit du soir.

N’hésite pas à commenter, donne moi ton avis sur la question! 🙂

Bonne nuit! 🙂

 

 

Une tarte Aubergines Ail Tomates (VEGAN)

Parce qu’on est pas que des mamans et qu’on a bien besoin de manger! 🙂
Voici une recette salée: Une tarte Aubergines Ail Tomates végane que vous pouvez aussi faire au beurre bien sur!

Pour la pâte:

Une pâte feuilletée sans beurre du commerce ou:
200 g de farine
10 cl d’huile végétale
De l’eau (environ 10 cl)
Une ou deux pincées de sel

Pour la garniture:

Deux tomates bien mûres
Deux gousses d’ail
Deux belles aubergines
Une petite bouteille de crème de riz ou de soja pour la cuisine (environ 20cl).

Au niveau des ustensiles il vous faudra:

Un grand saladier pour mettre vos légumes coupés, et la préparation une fois finie
Une casserole remplie d’eau
Une poêle
Un couteau à légumes et une planche à découper
Un presse-ail (pas indispensable mais utile)
Un moule à tarte

C’est parti!

  1. Tout d’abord mettez votre casserole d’eau à bouillir,
    Pendant que l’eau bout, retirer les pédoncules de vos aubergines (préalablement lavées) et coupez vos aubergines en deux dans le sens de la longueur.
    Coupez ensuite des lamelles d’aubergines et réservez dans le saladier.
    [Si vous devez faire votre pâte à tarte, c’est maintenant: Mélangez l’huile et l’eau, ajoutez la farine et le sel, mélangez jusqu’à obtenir une pâte assez souple et réservez la au frais enveloppée dans un film alimentaire pendant 15 mn]
  2. Faites une incision en croix sous vos tomates puis plongez les délicatement dans la casserole.
    Laissez les une vingtaine de secondes puis retirez les et plongez les dans de l’eau froide.
    En partant de l’incision pelez vos tomates, enlevez les pédoncules puis coupez les en quartiers et réservez dans le saladier.
  3. Mettez votre poêle à chauffer avec de l’huile d’olive et les aubergines (on ne laisse pas chauffer l’huile seule car ça enlève toutes les vitamines et devient cancérigène).
    Ajouter de l’huile au fur et a mesure car les aubergines boivent pas mal d’huile.
  4. Une fois les aubergines bien cuites (elles sont devenues toutes molles et bien luisantes), ajoutez l’ail pressé directement au dessus de la poêle. Mélangez bien puis ajoutez vos quartiers de tomates.
    [Si vous avez fait votre pâte à tarte c’est le moment de la sortir du réfrigérateur]
  5. Laissez “mijoter” à feu doux un peu le temps que les tomates réduisent, tout en remuant souvent car la préparation peut vite accrocher.
  6. Déroulez la pâte feuilletée dans le moule à tarte, piquez la avec une fourchette et faites préchauffer le four à 180°C.
  7. Ajoutez la crème de riz/soja à la préparation aubergines/tomates. Salez et poivrez à votre convenance.
  8. Déposez votre préparation sur la pâte feuilletée et enfournez pour environ 30 minutes.

(En fonction des fours un peu plus ou un peu moins. Lorsque les bords de la pâtes sont bien dorés c’est que la tarte est cuite!).

Dégustez là chaude ou froide!!!
Bon appétit!

Une petite fille esclave.

Bon hier, je n’ai pas trop eu le temps d’expliquer.

Le blog, “mon école pour Lina” était bien un troll mais pour une bonne cause: tenter de sensibiliser les gens sur le sort de ces petites filles qui ne vont pas à l’école, qui sont gardées à la maison pour être formées à devenir de parfaites épouses.

Je n’étais pas du tout au courant et bien que l’idée sur le papier soit bonne, la réalité l’est moins.

Pour deux raisons:

La première et la plus importante est que nous avons été très nombreux à contacter les services sociaux au 119 et la police via le site http://www.internet-signalement.gouv.fr
Malheureusement ces services sont déjà surchargés de travail et leur prendre quelques minutes de leur temps précieux pour partir à la chasse au Troll  ça craint.
Je pense même que ça peut être passible d’une amende de faire fonctionner des services pour rien. Mais bon.

Une autre raison est que le blog en question (pas l’article de LMO) jette quand même pas mal le discrédit sur l’IEF (Instruction en Famille) parce que ça parle de déscolarisation, que ça se passe en france et pas ailleurs dans le monde (cela concerne le blog pas l’article de LMO).

Pour tout ca, je pense que cette campagne a été assez mal menée.

La journée type du bébé chez nous !

Bon, je suis étudiante. Donc j’en profite pour ne pas mettre mon fils à la crèche (pas d’angoisse du type “vaiiiiis-je avoir une place” ou encore “en fait il me manque je préfèrerais l’avoir à la maison”) ni chez la nounou (et je dépense pas un rond parce que moi je ne coûte rien (enfin si… des gâteaux et autres cochonneries que je peux manger sans faire de bruit).

Ainsi mon fils peut suivre son rythme de bébé et dormir tranquillement aux heures qui lui conviennent et ne pas se faire taper/mordre/crier dessus/ arracher les cheveux/ attraper n’importe quelle maladie dégueu…. (raye la mention inutile).

On va pas se mentir c’est déjà difficile de s’occuper d’un gamin, comment s’occuper bien de quatre ou cinq du même âge quand on est seul, en accordant à chacun le temps nécessaire pour leur développement?

Bref je garde mon loupiot à la maison…

Mais en clair à quoi ressemble sa (ma) journée????

Continue reading